échange de connaissances dans les domaines de l'ésotérisme et du paranormal
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une maison hantée à Denain (59)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Mage suprême
Mage suprême
avatar

Nombre de messages : 512
Age : 44
Localisation : 59 Nord
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Une maison hantée à Denain (59)   Mar 10 Mar - 16:46


Article du 26/02/2009 à 19:08

Denain : sa maison serait-elle hantée?


Depuis cinq ans, le locataire d'une maison denaisienne cohabiterait avec les esprits. Il croyait devenir fou mais l'intervention d'un employé de la ville a tout fait basculer.

Le lieu en question n'a rien d'un manoir, ni d'un château retiré au fin fond d'une contrée brumeuse. Les temps ont changé. De nos jours, il semblerait que même les esprits se contentent de peu. C'est, en effet, sur une humble demeure bâtie il y a plus d'un siècle en plein centre de Denain, rue Arthur Brunet, qu'ils auraient dernièrement jeté leur dévolu.

Et ce, au grand dam évidemment de celui que nous appellerons Eric (prénom d'emprumt), le locataire des lieux depuis maintenant cinq ans. Pour cet homme de 40 ans, divorcé et père de sept enfants, rien n'est à mettre au conditionnel dans cette histoire : «Je ne sais pas ce qu'il y a eu autrefois ici, mais il se passe des choses ici». Autrement dit, sa maison serait hantée.

Apparition d'une femme avec son bébé dans le grenier

Ici, aucun bruit de pas dans les escaliers la nuit, ni d'assiettes qui voleraient d'elles-mêmes de la cuisine au salon. Pour autant, il n'était pas question pour Eric et son chat d'échapper aux classiques du genre. Car même si les phénomènes sévissent parfois dans le salon, - «l'autre jour, des ombres noires ont traversé la pièce» -, c'est principalement là-haut, dans le grenier que «ça» se passe. Pièce que ne peut d'ailleurs approcher le chat, «il s'excite, ses poils se hérissent. Il n'est plus normal si on l'amène tout près», explique Eric.
C'est en effet de cet endroit que des pleurs de nourrissons se manifesteraient la nuit. C'est aussi dans cette pièce qu'Eric aurait deviné la présence «d'une femme qui tenait un enfant dans ses bras et qui avait un animal à ses pieds. Peut-être un chien. Je ne sais pas». C'est à travers une brume blanche, subitement apparue face à lui, qu'Eric aurait aperçu ces trois esprits. Dès lors, tout coïncide. La trame du scénario serait parfaite pour un film de série Z.

Sauf qu'il y a quelques semaines, Eric met la main sur une plaque qui s'apparente davantage à une stèle mortuaire. La scène se passe toujours dans le grenier. Une fois l'épaisse couche de poussière retirée, on peut y lire : «A notre petit ange Jean-Marie Davoine décédé le 23 août 1943 à l'âge de neuf mois».



Les voisins et les enfants ont aussi entendu les pleurs du bébé

Alors, le sourire d'Eric s'estompe. Pour lui, c'est du sérieux : «On peut penser qu'un enfant est mort ici, dans cette pièce». Depuis, Eric est persuadé d'avoir trouvé l'origine des pleurs du nourrisson. Gémissements, par ailleurs aussi entendus par ses voisins et ses enfants. «Un jour, mes voisins sont venus frapper à ma porte pour me demander si c'était normal que mon bébé pleure toute la nuit. Sauf que la plus jeune de mes filles avait 7 ans et donc il n'y avait pas de bébé ici», explique-t-il. Et de poursuivre à propos de son fils de 18 ans : «L'autre fois, il dormait dans la chambre du haut. Mais il est vite redescendu avec tout son barda. Il m'a dit qu'il avait entendu les pleurs du bébé et que plus jamais, il ne dormirait à côté du grenier».

Ces phénomènes ayant été observés par d'autres personnes que lui, Eric sait maintenant qu'il n'est pas le seul à être réceptif à ces drôles de phénomènes. Les murs de la maison seraient-ils imprégnés d'un événement tragique ? «Ça a commencé deux mois après l'emménagement. Et depuis, c'est épisodique. La nuit, je me sentais tiré de mon sommeil par une espèce de force. Ces deux derniers mois, ça m'est encore arrivé une dizaine de fois» relate Eric. «Je ne voulais en parler à personne. Tout le monde aurait cru que je devenais fou. Quand mes enfants me parlaient de ce que, eux, entendaient, je ne relevais pas la parole. Je faisais comme si cela n'existait pas. Je n'osais pas me l'avouer».

«Je sais reconnaître un problème technique. C'est mon travail de prendre des photos»

Troublant. Le jour où Eric a compris qu'il ne perdait pas totalement la tête remonte au début de l'année 2009. C'était le 7 janvier exactement, lorsqu'Ali Amouri, responsable du service hygiène et santé de la mairie de Denain se rend chez Eric, avec pour mission de prendre des photos. Des photos qui ne devaient avoir aucun rapport, au départ, avec ces histoires de fantôme : «Ma maison est un logement insalubre. Il venait prendre des photos pour voir les travaux qu'il y a à faire à l'intérieur. Et non, il n'était pas du tout au courant de l'histoire puisque je n'en avais parlé à personne de l'extérieur».

Sur place, une série d'une soixantaine de clichés est effectuée. L'une d'entre elles, prise dans le grenier, retient particulièrement l'attention d'Ali Amouri : «Toutes les photos étaient parfaites. Sauf une où, si l'on distinguait clairement l'endroit que je voulais photographier, une forme blanche apparaissait au premier plan». Diverses traces blanches qui lui font penser «à une forme humaine et à un animal» témoigne Ali Amouri. Pour l'employé du service d'hygiène, il est d'ailleurs peu probable qu'il y ait eu un problème technique avec l'appareil photo étant donné que «toutes les autres photos étaient parfaites. C'est mon travail de prendre des photos. Je sais reconnaître un problème technique» répète-t-il.



Immédiatement, «j'ai recontacté le locataire», poursuit Ali Amouri. Eric est alors convoqué dans les bureaux de la mairie. «Et là, reprend le responsable du service d'hygiène de Denain, je lui demande : il ne se passerait pas des choses anormales chez vous ?». Réponse de l'intéressé : «Non, de quoi vous voulez parler ?». En vérité, Eric savait à quoi faisait allusion Ali Amouri mais n'osait pas en parler.

«Le locataire a tourné autour du pot pendant quelques minutes puis m'a dit qu'effectivement, il se passait des choses inexpliquées. Il avait peur d'en parler», continue l'employé de la ville de Denain. Eric est alors sous le choc. Pour la première fois depuis cinq ans qu'il vit dans cette maison et qu'il fait face à ces phénomènes, une personne totalement neutre et extérieure à son entourage viendrait confirmer que ces visions, ces bruits n'étaient pas le fruit de sa propre imagination.

Aujourd'hui, Eric est soulagé, même s'il voudrait «déguerpir des lieux. Pas tant pour fuir ces esprits parce que j'ai appris à vivre avec mais pour quitter ce logement insalubre. J'ai froid ici».

Alors, maison hantée ou simple délire collectif. Toujours est-il que, même si une étude rationnelle venait, un jour, expliquer que ces phénomènes ne seraient en aucun cas liés à la présence d'un ou plusieurs fantômes, il y a fort à penser que la maison en question aura bien du mal à trouver de nouveaux locataires.


Article rédigé par :
Marc-Antoine Barreau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://luxesoterae.forumpro.fr
 
Une maison hantée à Denain (59)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maison hantée de Saint Quentin
» Paranormal : Une maison, hantée par de bons esprits
» J'ai vécu dans une maison hantée
» La maison hanté de Saint Hippolyte
» Maison Hantée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
lux esoterae :: Paranormal :: Fantômes et lieux hantés-
Sauter vers: